6 questions fréquentes sur le cannabis

Cannabis

Considéré depuis longtemps comme étant un produit stupéfiant à effet psychoactif, ou plus précisément comme une drogue, le cannabis commence à être utilisé par beaucoup de personnes et sa consommation tend à se démocratiser. L’existence de la molécule de CBD (cannabidiol) qui n’est pas dangereux pour l’organisme a motivé son exploitation. Néanmoins, les personnes qui commencent à découvrir ses bienfaits et son utilisation dans la vie quotidienne s’interrogent sûrement sur certains sujets. Voici les réponses aux doutes et aux questions fréquemment posées.

1. Est-ce que le cannabis est dangereux pour la santé ?

Le cannabis, que l’on consomme dans des feuilles à rouler ou d’une autre manière, est composé de cannabinoïdes, essentiellement de CBD (cannabidiol) et de THC (tétrahydrocannabinol). Ces deux molécules entièrement différentes se trouvent en quantités importantes dans les plantes de chanvre. Le CBD est plutôt bénéfique pour l’organisme de par ses effets antipsychotiques et anxiolytiques.

En revanche, le THC a des caractères dangereux, dans la mesure où il produit des effets psychoactifs, comme des crises de panique, un état délirant, un bad trip et bien d’autres encore. Une forte concentration de THC dans l’herbe ou dans la résine de cannabis fait que le taux de CBD peut être réduit. Or, dans certains produits, ce déséquilibre est important, provoquant ainsi des effets néfastes, voire une dépendance.

Outre les problèmes psychoactifs, l’addiction et la forte consommation de cannabis concentré en THC peuvent occasionner des vomissements, des douleurs abdominales et un accident vasculaire cérébral (AVC). Dans tous les cas, les produits riches en CBD sont à privilégier et leur consommation modérée est conseillée pour profiter de leurs bienfaits.

2. Est-ce que le cannabis provoque des problèmes de mémoire et de concentration ?

Consommer les différentes présentations commerciales des produits issus des chanvres, comme les graines de cannabis, surtout celles ayant une forte teneur en CBD n’est pas automatiquement dangereux et n’ont pas forcément des impacts négatifs. Les gens qui désirent en prendre peuvent aller au bureau de tabac et demander les produits riches en cannabidiol et faibles en THC. Sinon, une consommation abusive de cannabis dont le taux de tétrahydrocannabinol est important peut entraîner des troubles de mémoire et des problèmes de concentration. Ces altérations momentanées disparaissent au fur et à mesure que l’effet du cannabis se dissipe. La personne retrouve alors toutes ses facultés et peut reprendre une vie normale. Le gros souci, comme l’état passif, la fatigue, le repli sur soi, le désintérêt pour tout et la perte de motivation, se pose suite à un usage régulier et fréquent du cannabis.

3. Vapoter du cannabis est-il possible ?

Les individus qui désirent ne pas utiliser du papier à rouler pour consommer leurs feuilles de cannabis peuvent opter pour les vaporisateurs dotés d’une double fonctionnalité. Ces dispositifs peuvent être utilisés avec de l’huile et de l’herbe séchée et permettent de vapoter. Pour consommer les feuilles de cette manière, le système de chauffe en céramique est à privilégier puisque ce modèle préserve généralement la qualité naturelle et authentique du cannabis. En tout état de cause, les personnes qui préfèrent ce mode de consommation ont le choix entre plusieurs cigarettes électroniques et peuvent demander l’avis des professionnels.

4. Consommer du cannabis est-il plus dangereux que fumer du tabac ?.

Une grande différence existe entre ces deux produits et leurs effets sont également incomparables. En matière de toxicité, la fumée de cannabis contient beaucoup plus de monoxyde de carbone et de goudrons, ce qui la rend dangereuse. L’exposition à des risques de problèmes respiratoires est importante pour les fumeurs de cannabis, surtout lors des inspirations profondes.

5. Est-ce que la consommation du cannabis est légale dans l’Hexagone ?

La prise du cannabis à usage thérapeutique est encore en phase expérimentale et seule cette alternative est réellement autorisée. L’utilisation de ce produit dans le cadre de ces essais est seulement accordée pour soulager la spasticité des problèmes rencontrés au niveau du système nerveux central et aussi pour apaiser les maux causés par la sclérose en plaques. Elle peut être préconisée en cas de situations palliatives, de cancer, d’épilepsie résistante aux divers médicaments allopathiques et de douleurs neuropathiques. Dans tous les cas, la prescription incombe exclusivement aux médecins, bien que le traitement soit à base de cannabis. Par ailleurs, le protocole de santé incluant les principales molécules de chanvre exclut l’usage des produits à fumer, qu’il s’agit de feuilles séchées ou de résine.

6. Est-ce que l’entourage d’une personne qui fume du cannabis est exposé à des risques de santé ?

Certes, la nocivité du tabagisme passif est démontrée et les personnes qui entourent le fumeur sont aussi exposées aux effets de la nicotine. Par rapport à cette situation, la fumée secondaire des produits de chanvre fait encore l’objet des recherches par les scientifiques. En tout état de cause, le mieux est de rester loin des gens qui en consomment, surtout en cas de problème respiratoire connu.

4 conseils pour bien choisir sa chicha
Les différentes façons d’utiliser l’huile de CBD